Nombreux sont les éleveurs en herbe qui, après quelques semaines, souhaitent ajouter de nouvelles poules.
Poulaillers.com vous aide dans cette démarche.
Quelles sont les étapes et les bonnes pratiques ?
Nous voulons que tout le monde cohabite heureux 😉

 

Première étape, et certainement la plus importante, la quarantaine !

Perdre un poulailler complet à cause d’une maladie amenée par le nouvel arrivant est catastrophique.
Il est primordial de mettre à l’écart vos nouvelles poules pour vous assurer qu’elles ne sont pas porteuses d’une infection.

Commencez par anticiper cette arrivée en préparant le terrain :

  • En retrait de votre troupeau principal, idéalement plus de 10 mètres
  • Avec un enclos fermé
  • Facile d’accès pour contrôler tous les signes éventuels de maladie

Chaque basse-cour a ses propres germes, donc son propre système immunitaire.
Amener une nouvelle poule sans prendre cette donnée en considération a des conséquences catastrophique.
Peu importe la distance entre l’ancien lieu de vie de la poule et son nouvel habitat.

Pendant la quarantaine, qui dure 5 à 6 semaines
  • Observez tous les signes de maladie.
  • Ayez une bonne hygiène et lavez-vous les mains après chaque contrôle de l’enclos de quarantaine. Pour ne pas transmettre les maladies à vos autres poules, tout simplement.
  • Profitez de vos nouveaux oiseaux, tout en planifiant la meilleure façon de les intégrer au troupeau
  • Donnez aux nouveaux oiseaux un supplément dans leur eau pour renforcer leur système immunitaire.
  • Donnez-leur de bons probiotiques – aussi simple que de leur donner un plat de yogourt.
  • Enrichissez leur régime en protéine. Les poules stressent dans un nouvel environnement et perdent quelques plumes ou un peu de poids.
  • Ne laissez pas vos enfants toucher vos nouvelles poules le temps de la quarantaine

Sous prétexte d’acheter une nouvelle poule dans un magasin spécialisé, certain de nos amis éleveurs ont sauté ces étapes.
Remettre un poulailler en état après avoir perdu tout son troupeau est très long, et onéreux !

La maladie peut prendre jusqu’à un mois pour se manifester chez un poulet apparemment en bonne santé. Il s’agit peut être d’un porteur sain. Certaines maladies sont même à signaler à l’état et l’élimination est nécessaire dans certains cas.

Certains vendeurs ne sont pas conscients que leurs oiseaux sont malades. D’autres sont tout simplement sans scrupules et s’en moquent.

Pendant la quarantaine, recherchez les poux, les acariens, les problèmes respiratoires, les écoulements des yeux et des narines, des taches de type champignon sur les peignes et les barbillons, des écailles surélevées sur les jambes, indiquant des acariens écailleux, etc.
Ils ne doivent pas partager le même espace. Certaines maladies sont transmises par l’air, comme la toux et les éternuements.

Que faire si, après la quarantaine, vous repérez une maladie ?

Après 30 jours, il est évident que vous vous attachez à cet animal, pour qui vous avez eu toute l’attention possible.
La réalité est la suivante : Êtes vous prêt à mettre en péril vos autres animaux ?
Il est primordial de vous préparer à cette éventualité, pour éviter tout traumatisme, aussi bien à votre niveau qu’à celui de vos enfants.

Tant que vous suivez le « protocole » de quarantaine, vous pouvez empêcher la plupart des maladies transmissibles à votre troupeau.

Un élément important de la mise en quarantaine est la maintenance continue.

Pour être en sécurité, vous devez avoir une bonne biosécurité.
Ne manipulez pas les nouveaux oiseaux pour allez ensuite vous occuper de votre troupeau actuel.
Prenez soin de votre ancien troupeau d’abord, lavez-vous les mains, puis occupez vous des besoins des nouveaux oiseaux.
Ensuite, allez vous laver les mains à nouveau, en vous assurant que vos vêtements ne seront pas réutilisés et que le dessous de vos chaussures est propre.
Il est conseillé d’avoir d’autres bottes et une combinaison de travail spéciale pour aller dans la basse-cour de quarantaine.
Ne laissez pas vos affaires de quarantaine accessibles aux enfants, et désinfectez les régulièrement.

Le changement d’habitat pour une poules est très stressant, attention à bien interpréter les signes

La hiérarchie au sein de votre poulailler

Nous nous imaginons, à tort, que toutes nos poules sont amis, et accueillent avec plaisir les nouveaux arrivants.
La réalité est que, dans tout groupe de poulets établi, la personnalité de chaque poulet entre en jeu sous la forme de l’ordre de domination. Il y a un oiseau dominant (généralement un coq si le troupeau en a un) jusqu’au dernier oiseau (généralement le plus doux). En règle générale, les poulets plus âgés dominent les plus jeunes.

L’ordre est établi par, vous l’aurez deviné, les querelles.

Vos poules se poursuivent en donnant des coups de bec, en empêchant les autres d’avoir accès à de la nourriture et/ou à de l’eau.
Le dominant rend généralement la vie difficile et stressante pour tout oiseau « inférieur » se mettant sur son chemin.
Cela ne dure parfois que quelques jours, mais peut aller jusqu’à deux semaines.

S’il y a plusieurs oiseaux affirmés en compétition pour les premières places, les querelles peuvent devenir violentes, voire même sanglantes. Les poulets curieux ne peuvent pas résister à picorer une plaie ouverte, rendant la plaie encore pire, et  causant parfois même la mort. Un groupe établissant un ordre hiérarchique n’est pas idyllique :/

Une fois établi, un ordre hiérarchique réduit réellement les conflits au sein d’un troupeau. Puisque tout le monde connait sa place, les différents sont réglés beaucoup plus rapidement par les plus dominants du groupe.
Nous devons donc patienter, ajouter judicieusement de nouveaux membres, garder un œil sur les blessures éventuelles causées par les bagarres, et comprendre que cette période stressante de réajustement du troupeau est absolument nécessaire pour la paix future du troupeau.

Les premiers pas dans le poulailler

Il est préférable d’introduire des poules de la même taille que le troupeau établi.
Assurez-vous qu’il y a suffisamment de place dans votre cage et couchage.
Le surpeuplement stressera les oiseaux et les rendra moins tolérants envers les nouveaux arrivants.

Vérifiez qu’il y a des endroits où les nouveaux poulets peuvent courir et se cacher pour s’éloigner des oiseaux agressifs.

Assurez-vous toujours que les poulets établis ne bloquent pas l’accès à la nourriture et à l’eau. Mettez plus de mangeoires et d’abreuvoirs pendant le temps de l’ajustement si nécessaire.

N’interférez avec le processus d’ordre hiérarchique que si du sang apparaît ou s’il est clair qu’un individu va être battu à tout prix. À moins qu’il y ait du sang, moins il y aura d’interférences de la part de propriétaires bien intentionnés, mieux ce sera.

S’il y a un oiseau établi qui est super agressif, sortez cet oiseau et gardez-le dans un enclos séparé ou une caisse pour chien tout seul pendant quelques jours. Quand elle sera réintroduite dans le troupeau, elle sera descendue de quelques pattes car elle sera considérée comme « nouvelle ».

Mais parfois, quel que soit le soin avec lequel vous essayez de gérer une introduction, il peut être nécessaire de reloger un nouveau venu ou un membre de troupeau original très agressif.

Diverses méthodes d’introduction de nouvelles poules à votre basse-cour

Une longue période de « voir mais pas de contact » est fortement conseillé. Après la période de quarantaine, placez les nouveaux oiseaux dans un enclos à proximité (ou dans une grande caisse pour chiens à l’intérieur du poulailler ou à côté) pendant plusieurs semaines ou un mois afin qu’ils puissent se familiariser visuellement sans se bagarrer physiquement. Ils peuvent essayer de se battre à travers le grillage, mais ils ne peuvent pas se blesser mutuellement. Pendant cette période, vous pouvez laisser chaque groupe sortir en liberté à des moments différents les uns des autres – par équipes.

Après plusieurs semaines, mais sans se toucher, laissez les oiseaux cohabiter dans le même enclos, mais avec la cage pour chiens ouverte dans l’enclos afin que les oiseaux attaqués puissent décider eux-mêmes de rester à l’intérieur ou à l’extérieur. Un abri si vous préférez.

Si vos poulets sont en plein air, il est conseillé de laisser les nouveaux poulets sortir en premier le matin pour qu’ils se promènent dans la cour et découvrent le lieu, les points d’eau et de nourriture, tandis que les autres sont encore enfermés. Ensuite, laissez sortir lex poules établies.
Il y aura fatalement quelques querelles, mais tout se règlera en quelques jours.

Un grand terrain

Une autre méthode consiste à tous les relâcher en liberté. C’est une façon moins stressante de se présenter les uns aux autres que de placer les nouveaux dans un enclos fermé avec le troupeau établi.
Un nouvel oiseau pris à partie a beaucoup d’espace pour courir et plus d’endroits où se cacher.

Une autre possibilité consiste à placer les deux groupes d’oiseaux dans un endroit inconnu des deux – un territoire neutre pour ainsi dire. Aucun des deux groupes n’aura acquis un droit de propriété et sera sur un pied d’égalité inconnu, ce qui leur donnera à réfléchir.

De nombreux éleveurs placent de nouvelles poules sur le perchoir après le crépuscule, lorsque les poulets établis sont tous installés pour la nuit. Dans la matinée, ils se lèvent tous ensemble – et les poulets établis se disent: « hé, depuis quand n’ai je pas remarqué ces autres poules ? »et vont s’occuper de leurs affaires.
Un ordre hiérarchique devra toujours être établi, mais il sera plus doux et devrait être terminé en trois jours.

Cas particuliers

Soyez très vigilant lorsque vous introduisez une poule Hollandaise huppée.
Les autres poules ne semblent pas résister à l’arrachage des plumes de leurs chapeaux. Parfois, le crâne et le cerveau d’une Hollandaise huppée sont blessés lorsque l’arrachage/l’extraction devient agressive. Nous recommandons une vigilance de plusieurs semaines.
Il n’est généralement pas sage d’introduire un seul oiseau dans un troupeau établi. Seul et nouveau est un double désavantage.
Cela étant dit, n’introduisez une seule poule dans un troupeau établi que si elle a la même taille, et surveillez attentivement la dynamique.

Présentation des poussins aux adultes

Ne pas présenter les poussins aux poules adultes avant qu’ils ne soient complètement plumés et aussi proches que possible de la taille du troupeau établi.
Tant que le poussin fait des cris de bébé/enfant, ne le mettez pas dans l’enclos.
Il y a de très forte chance que le dominant s’attaque à lui, en allant jusqu’à le tuer.

Pour présenter les jeunes poussins aux adultes, voici une méthode qui a réussi pour l’un de nos éleveurs : Il a mis ses poussins dans une cage à l’intérieur du poulailler avec les « grandes filles ». Les grandes filles sont toutes venues dire bonjour.
Au cours des deux premières semaines, il a laissé les bébés sortir dans l’enclos, tandis que les grandes filles étaient en liberté.
Les poules finissent pas se désintéresser des poussins, et ces derniers apprennent très vite à courir et à rester en dehors de leur chemin.
Après plusieurs semaines, la cage des poussins peut rester ouverte pour que les poussins puissent s’y échapper au besoin et choisir le moment de se mettre au lit. Pensez à fermer la cage tous les soirs.
Si les poussins, un soir, n’y sont pas, c’est bon signe 😉
Ils se trouvent dans le poulailler principal, généralement blottis contre la poule dominante.

Pour les coqs

Ce n’est possible que si ces derniers ont été élevés ensemble. Sans quoi, ils se battront régulièrement pour la dominance du troupeau.
Gardez le en tête

Bonne intégration 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *